Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

L'Union Namur FLV : un rôle de pompier plus que d'architecte...

17 novembre 2020 - 13:33

Si sportivement l'Union Namur FLV (D3 acff) a bien démarré sa saison, beaucoup d'observateurs s'interrogent sur le véritable projet du club. Voici peu, le tout nouveau directeur sportif, Michel Mauléon est parti sur la pointe des pieds.

C'était la saga foot de la fin de l'hiver dernier au coeur de la Wallonie : répondant à l'offre de vente du club, formulée quelques semaines auparavant par Christophe Graulus et Lucien Roméo, les propriétaires de l'époque, Bernard Annet, un entrepreneur, aux origines ardennaises et Frédéric Etienne, directeur financier aux Mutualités Chrétiennes namuroises prenaient le contrôle de l'UR Namur Fosses la Ville, alors en D2 acff.

Une vente presque tombée du ciel, de l'aveu même de certains observateurs avertis, tant l'asbl de gestion du matricule 156 avait souvent besoin d'être renflouée et tant le montant (resté confidentiel) de la transaction de reprise permettait aux vendeurs de plutôt bien sortir d'une ornière de plus en plus fatigante.

Dans un premier temps, Bernard Annet, fondateur d'Alma Terra, jeune société wallonne implantée au sein du parc Créalys des Isnes (Gembloux), et dont la spécialité consiste à gérer les projets photovoltaïques des particuliers de A à Z (vente de certificats verts) tient un discours à la fois prudent et curieux : il s'engage auprès des Merles au moins jusqu'au bout de la saison 2020-2021 et, en parallèle, il demande à une société liée aux Facultés universitaires de la Ville un audit externe sur le club, destiné à être uniquement débattu en interne avec quelques spécialistes namurois de différents milieux, avant la fin de la saison dernière.

Neuf mois plus tard, l'actualité liée à la crise sanitaire, résultat de l'apparition du fameux coronavirus a occulté les véritables intentions des nouveaux propriétaires.

Certes, ceux-ci ont déployé beaucoup d'énergie dans un combat contre le nouveau calcul des places montantes et descendantes de l'ACFF, qui envoyait leur équipe en D3 acff aux deux tiers d'une saison décapitée par la pandémie.

En vain, puisque le club et ses alliés ont été déboutés. Mais rester en justice pour éviter une relégation sportive, tout en coûtant de l'argent a aussi ralenti le process global.

Entre-temps, les Merles avaient marqué le premier confinement par la construction d'une équipe choc, confiée aux mains d'un habitué-expert sportif de la maison, l'ancien joueur professionnel, Zoran Bojovic.

Aidé de son adjoint Jean Christophe Delvaux, le nouveau manager à l'anglaise du club a géré en un temps record une belle enveloppe financière pour faire venir ou revenir à Namur des joueurs de la région ayant le niveau national (Eloy, Rosmolen, Toussaint, Samouti, Dheur, Ghaddari, Detienne...).
Entre-temps encore, Bernard Annet et son conseil se sont aussi mobilisés, toujours devant les Tribunaux pour conserver le site d'entraînements et/ou de matches de la rue de l'Abattoir, à Fosses la Ville.

Bref, si sportivement le début de saison en D3 acff série A est plutôt réussi, avec dix points sur douze, un seul but encaissé en quatre sorties, le vrai fil conducteur dans la gestion globale reste flou. Ou est plutôt bien gardé secret.

Yves Etienne Massart, Nadir Sbaa...

En coulisses, depuis des semaines, on a souvent entendu dire qu'il est question de confier le poste de CQ à Yves-Etienne Massart, ancien CQ de Wavre, ancien journaliste de la RTBF, RTL et Canal + Belgique ou encore que l'ancien entraîneur de Walhain, ex-Merle, Nadir Sbaa était en passe de relancer une école de jeunes pour le club.

Officiellement, rien de ficelé à ce jour, alors qu'en ce début de semaine, l'annonce de l'engagement du même Nadir Sbaa chez les U17 élites de l'Union St Gilloise (D1B) sortait dans l'un ou l'autre média.

Bref, la communication est aux abonnés absents. Ou toute simplement pas essentielle en ce moment, c'est selon.

L'audit du club demandé en février n'a jamais été commenté vers l'extérieur et des demandes récurrentes d'interviews envers le président semblent, à chaque fois tomber à un mauvais moment, la Covid 19 ayant sa part de responsabilité.

Dans un mail reçu avant la nouvelle trêve forcée du championnat et deux belles victoires d'affilées des Merles, Bernard Annet nous avait parlé de ce mauvais timing pour s'épancher sur la nouvelle vie des Merles : "Pour l'instant, il y a encore pas mal d'incendies venant du passé, à tout le moins des feux presque éteints, mais à surveiller, expliquait-il pour justifier sa discrétion. Nous faisons donc davantage les pompiers que les architectes. Ainsi, par exemple, nous n'avons pas donné suite à la proposition Sporttotal (caméras intelligentes pour la retransmission de nos matches) poussée par l'ACCF. Nous ne prenons pas d'engagements pour l'instant, avant d'avoir repris la maitrise complète du club. L'actualité nous concernant est plutôt "compliquée" (jugement défavorable pour le maintien, en D2, divergences avec la commune de Fosses, réactions vives de certains supporters pour notre nouveau logo, élimination en Coupe, ...). Je sais que c'est de ce qui ne va pas que les gens aiment que l'on parle, mais je ne souhaite pas donner d'explications sur l'un ou l'autre de ces sujets pour l'instant. Cela viendra en son temps..."

Michel Mauléon est parti...

Abordera-t-on à ce moment le déménagement des Merles, programmé dans le court terme au stade Adeps de Jambes ? Parlera-t-on encore d'un partenariat avec un club de la capitale wallonne pour démarrer une nouvelle école des jeunes ? De nouvelles structures administratives et commerciales au sein du club ? De l'existence de Namur City en parallèle, d'une équipe féminine qu'il faut aussi mieux entourer, du site d'entraînement numéro un de l'équipe première, qui pourrait se retrouver à Belgrade ou ailleurs, du site de Fosses-la-Ville qui, de la bouche même du coach Zoran Bojovic est devenu "dur comme du béton", faute d'entretien des billes qui composent le synthétique ?

Michel Mauléon Michel Mauléon - © --

Si c'est le cas, Michel Mauléon, l'ancien joueur emblématique des Jaune et Noir, engagé en juin dernier comme directeur sportif y sera très attentif. C'est qu'il avait déjà un peu travaillé sur ces thèmes au moment de prendre congé du club en septembre.

"Tout s'est fait dans les règles de l'art, note le commercial indépendant d'Erpent. Le président a jugé qu'il n'avait plus besoin de ce poste là dans son  organigramme. Je suis parti la conscience tranquille, le job effectué et en bons termes. J'avais trouvé les U19 qu'il manquait pour avoir une équipe complète alignée en championnat, idem avec une belle formation de P4 réunissant amis et anciens de la maison, comme Boris Bertrand, Vincent Adant, Xavier Libois, Izzet Akgül, Nadir Sbaa, Patrice Mathot, Mike Tufano, Patrice Vandamme, Jérôme Verlaine, Isidore Wawa, Jean François Beguin et bien d'autres autour d'entraîneurs comme Claudy Verlaine et Michel Lazaron.
Ces personnes sont aussi autant d'ambassadeurs maison à ne pas négliger, me semble-t-il. Deux ou trois partenaires commerciaux étaient prêts à me suivre au moment où Namur s'est engagé dans un nouveau combat avec les tribunaux. Ils ont préféré attendre le dénouement des dossiers avant d'aller plus loin dans la discussion. J'étais prêt à être le relais entre la direction et le staff des entraîneurs, que j'ai aidé par la concrétisation de matches amicaux. Empiéter sur les prérogatives de Zoran Bojovic ne m'est jamais venu à l'esprit. J'imaginais juste que nous pourrions construire quelque chose tous ensemble. Je n'ai jamais perçu que la direction souhaitait nous mettre autour de la table pour en parler ouvertement.
Fin de l'été, le président et quelques proches ont transformé les VIP des Bas Pré en un temps record. Un joli résultat, vraiment. Mais dont le club n'a, hélas que trop peu profité jusqu'ici vu la crise sanitaire. Pourra-t-il seulement rentabiliser l'investissement alors qu'un déménagement est prévu ?  C'est une question, pas une critique. Mais définir des priorités dans un nouveau projet n'a, à ma connaissance que trop peu été discuté. Oui, un poste à responsabilités plus important à Namur m'aurait bien plu. Je me sentais prêt à fédérer autour d'un projet global, prêt à soigner l'image vis à vis de l'extérieur de mon club de coeur. Le président Annet m'a félicité publiquement à plus d'une reprise, rien à dire sur sa personne. Je resterai un fidèle des Merles. Mais il était donc écrit que j'avais terminé une mission à durée déterminée."


rtbf.be - Philippe Bughin - 17/11/2020

https://www.rtbf.be/sport/football/belgique/d3/detail_l-union-namur-flv-un-role-de-pompier-plus-que-d-architecte?id=10633703&fbclid=IwAR2RVpoL9mEkA2VaGC0p5MhWvNMHwBVWIoYIfp7dEAQD5kHKDlJZ8FRxHoU

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Arbitre
  • 2 Joueurs
  • 32 Supporters