Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

D2-D3: l’année des contrastes

31 décembre 2018 - 12:49

En 2018, Namur (ici Toussaint) a encore connu les montagnes russes émotionnelles. Eda - Christophe Béka

Entre les déboires de Ciney, l’ascenseur de Couvin et la renaissance de Namur, Meux, Aische et Onhaye ont semblé sereins en 2018.

L’année 2018 s’achève sur un sentiment qui peut être qualifié de contrasté pour le football namurois dans les divisions nationales.

Meux, et surtout Ciney, suent pour se maintenir en D2 amateurs. Depuis août, alors que les Bruyérois ont emmagasiné 18 points, les Condrusiens sont à la rue. Entre départs anticipés, mauvais transferts et changement d’entraîneur, la RUW Ciney a mis le cap sur les jeunes et prépare déjà la prochaine saison, très certainement en D3.

Une D3 que Couvin-Mariembourg n’a retrouvée que le temps d’une saison et d’un aller-retour avant de remonter en D2 grâce à la promotion du RFC Liège en D1 amateurs via le tour final. Les Fagnards sont la bonne surprise de cette deuxième partie d’année.

Toujours en D3, Aische restait sur une magnifique saison en série B avant d’être reversé en A. Cette saison, l’allumage, après une campagne de transferts plus conséquente, a été un peu laborieux. Onhaye, souvent vanté pour ses belles intentions de jeu, a également mis du temps à trouver son rythme de croisière. Tout comme Tamines qui a dû digérer le départ de son emblématique entraîneur Vincent André, remplacé par Eddy Broos début octobre.

Le contraste est aussi illustré par le Condrusien et Spy. Les Verts ont retrouvé le niveau national après vingt-sept ans en provincial mais peinent à prendre des points, notamment à cause de nombreux blessés tandis que les Spirous, après deux montées successives, ne sont pas parvenus à se maintenir et ont basculé en P1. C’était aussi la dernière saison de Carmine Pacella au stade des Écureuils avant de filer vers Andenne.

Enfin, le contraste est aussi extra-sportif. Endettée, moquée, et un temps au bord de la disparition pure et simple, l’UR Namur a vécu une première partie d’année cauchemardesque à tous les niveaux. Mais Namur reste Namur et a finalement été «sauvé» à la suite d’une fusion avec Fosses-la-Ville. Le club est aujourd’hui en lutte pour le titre en D3 amateurs.

Vincent BLOUARD - L'Avenir - 31/12/2018

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Arbitre
  • 2 Joueurs
  • 23 Supporters