Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

Grégory Dejaiffe avant Tamines-Namur FLV : "Namur-Fosses, une machine à gagner"

21 septembre 2018 - 18:58

Les derbies namurois se succèdent en D3 amateurs : place à Tamines-Namur FLV.

L’attaquant de Tamines Grégory Dejaiffe et le médian de Namur-Fosses Cédric Koob ont tous deux joué dans l’autre club, et préfacent le derby namurois de ce samedi.

Quels souvenirs gardez-vous de votre ex-club ?

Grégory Dejaiffe : "J’ai joué une saison à Fosses, en 2015-2016, en Première provinciale. On avait raté la montée de peu. De mon côté, j’ai terminé la saison avec 26 buts inscrits. J’ai quitté le club en fin de saison. J’étais en contact avec Walhain et je voulais tenter ma chance plus haut (NdlR : en D2 Amateurs). Sans Walhain, je serais resté."

Cédric Koob : "J’ai joué une seule année en équipe première, la dernière année en P1, en 2013-2014, où Tamines a été champion. Enfin, joué, c’est beaucoup dire, je n’avais pas eu beaucoup de temps de jeu. Tamines ne voulait plus continuer avec moi, car j’étais jeune et pas assez fort pour l’ex-Promotion."

Quel regard portez-vous sur votre ancienne équipe cette saison ?

G.D. : "Connaissant Christophe Graulus (NdlR : artisan de la fusion de l’UR Namur et de Fosses) , je sais que c’est quelqu’un de très ambitieux et qu’il a toujours voulu que Fosses aille le plus haut possible. Quant à l’équipe actuelle de Namur-Fosses-la-Ville, c’est une machine à gagner, à part lors des deux derniers matches. On savait qu’ils n’allaient pas faire un sans-faute sur le championnat. Ceci dit, avec 13 buts inscrits (NdlR : actuelle meilleure attaque) , c’est une armada."

C.K. : "J’habite à deux minutes à pied des installations de Tamines. Je suis le club, mais vraiment de temps en temps. Il y a beaucoup de jeunes qui sont montés, je ne connais plus très bien l’équipe. Cela reste un bon noyau, mais c’est jeune défensivement."

Concernant votre équipe actuelle, le début de championnat est très correct, sans être parfait…

G.D. : "Ça faisait longtemps qu’on n’avait plus eu un début de championnat comme ça (NdlR : 6/12). Offensivement, on est bien et défensivement, on s’est renforcé par rapport à la taille et à l’impact physique."

C.K. : "On connaît nos qualités, et on sait qu’on peut faire beaucoup mieux (NdlR : 7/12) . Du temps pour que ça se mette en place ? Nous sommes des joueurs intelligents et beaucoup ont joué plus haut. On ne doit pas prendre plus de temps pour que ça aille mieux."

Vous avez perdu lors de votre dernier match, quels enseignements en tirez-vous ?

G.D. : "Il nous fallait plus de rigueur et de concentration à Aische (NdlR : 3-1) . On a une équipe joueuse, on s’est fait prendre à notre propre jeu."

C.K. : "On devait être plus combatif et davantage mettre le pied (NdlR : 2-3 contre le C.S. Brainois). En outre, en début de match, on avait du mal à jouer, cela nous a porté préjudice. Ensuite, avec un peu plus de jeu, on les a plus inquiétés."

Que pensez-vous de votre début de saison personnel ?

G.D. : "C’est franchement bien, avec trois buts, dont deux contre Ganshoren, et deux assists. C’est quasiment un but tous les matches. Je joue toujours flanc gauche."

C.K. : "J’étais titulaire au dernier match (NdlR : sinon, il était sur le banc, alors qu’il était titulaire la saison passée avec Fosses) . Quand j’ai eu la possibilité d’évoluer en D3, je n’ai pas refusé. À 24 ans, je suis encore jeune et j’ai beaucoup à apprendre. Même si j’ai moins de temps de jeu, je sais que je vais m’améliorer avec un tel noyau. Je sais que je vais devoir me battre pour avoir une place. Je ne suis pas déçu d’être sur le banc quand je vois la qualité présente sur le terrain, mais je reste un compétiteur."

 “Il est temps de se réveiller”

Tamines – Namur, à l’époque sans Fosses, c’est un derby namurois que l’on n’avait plus connu depuis la campagne 2015-2016, où les deux équipes s’étaient affrontées en Coupe de Belgique (victoire de l’UR Namur 1-4) et à deux reprises en championnat (à nouveau des victoires des Merles, 4-2 et 0-3).

Autant dire que les Sambriens ont une revanche à prendre, mais ce ne sera pas plus simple qu’il y a trois ans, vu l’armada présente en face. “Il faudra être mentalement prêt, solide et costaud”, prévient le coach taminois Vincent André.
“On devra être prêt dans tous les domaines. Si on reste avec nos valeurs, on a nos chances, même si Namur a un grand potentiel. Namur, c’est la capitale de la Wallonie. C’est assez particulier de l’affronter. Moi, j’aime bien.”

Pour une fois au stade Arthur Michaux, la rencontre se disputera samedi soir.

“C’est parce qu’on n’a pas su décaler le match de notre équipe de P3, pour ne pas jouer ensemble. Plus de monde un samedi soir ? On verra. Dimanche après-midi, il y a Anderlecht – Standard. Ce n’est pas plus mal.”

De son côté, l’UR Namur-Fosses-la-Ville doit éviter un troisième match consécutif sans victoire, même si le début de championnat n’est pas une catastrophe, à trois points des co-leaders, le CS Brainois et le Stade Brainois. “Il y a eu une mise au point dans le vestiaire, mais il n’y a pas de crise”, tempère l’entraîneur du club fusionné Jean-Claude Baudart.
“Cela dit, il est temps de se réveiller, de jouer au foot et de mettre le pied, d’aller dans les duels. On ne peut pas gagner rien que sur nos qualités. À Tamines, ce sera un match très physique à mon avis, en tout cas au début. Un derby n’est jamais un match comme un autre.”

La DH - Gaëtan Istat
Publié le vendredi 21 septembre 2018 à 09h53 - Mis à jour le vendredi 21 septembre 2018 à 14h19

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Arbitre
  • 2 Joueurs
  • 23 Supporters