Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

UR Namur: la dernière ligne droite

26 janvier 2018 - 19:04

On ignore les noms et les intentions des repreneurs même si «ça avance très bien».

Si la reprise du club est bien prévue avant début février, le temps presse… Alors que toutes les questions n’ont pas trouvé réponses.

Les intermédiaires en charge de la reprise de l’UR Namur, présents presque quotidiennement au club, défendent leur anonymat et camouflent leurs réelles intentions, à moins d’une semaine de la fin janvier. Cela dure depuis le début des négociations, entamées par le consortium franco-allemand, voilà plus d’un mois. La communication officielle tant attendue a été prédite plusieurs fois, mais reportée à autant d’occasions. Il en avait été question «avant début février». On attend toujours. Les jours passent et plusieurs questions restent en suspens.

Paiement, en attendant l’accord

Qui se cachent derrière ces repreneurs? Quelles sont leurs réelles intentions et ambitions? Que vont-ils investir? Quel sera le nouvel organigramme? Officiellement, rien ne filtre. Mais on se doute que, s’ils continuent d’éplucher les comptes, de multiplier les rendez-vous, de récolter des renseignements, d’évoquer l’avenir et surtout de sortir les premiers billets, c’est que leur implication est, aujourd’hui déjà, plus forte et plus avancée que ce qu’on veut bien nous laisser croire.

Pour preuve, ils ont récemment annoncé aux joueurs qu’il ne manquait plus qu’à finaliser quelques détails. Le plus important, et l’un des derniers, c’est l’accord à trouver avec Lucien Roméo, le patron sortant du club. Les parties se sont déjà vues et on pressent une issue positive. «Ça avance très bien», nous dit-on.

Mieux encore, ce mardi, les émissaires franco-allemands ont assuré que les sommes dues aux joueurs pour cette saison, c’est-à-dire les mois d’octobre, novembre et décembre, leur seraient versées avant la fin de la semaine. De quoi réconforter – si cela est encore possible – un groupe miné par les incertitudes (extra-)sportives.

Keïta peut partir, quels renforts?

Sportivement, justement, l’entraîneur Steve Pischedda perd patience. Il veut des renforts d’ici la fin du mois – à quoi bon, ricaneront certains –, sous peine de concrétiser son ras-le-bol en départ.

Fin 2017, trois joueurs avaient été annoncés: Joany Mununga, Abdoulaye Seck et Mory Keïta. Seuls les deux derniers ont bien été affiliés. Sauf que, comme nous vous l’annoncions hier, Keïta s’est entraîné avec Meux, mardi. Il le fera encore ce soir et intéressait aussi Walhain. Vu le contexte et l’entourage, Namur est prêt à le laisser partir… alors qu’il n’est finalement jamais arrivé. On sait aussi que Mununga ne viendra pas. Bref, c’est le flou.

La raison réside peut-être dans l’hésitation concernant la future sanction qui sera appliquée à l’UR pour la saison 2018-2019 suite à la cession de patrimoine fautive. La P1 ou la P2? Le club a sollicité l’Union belge pour éclaircir son sort. Sort qui, bien que rendu en 2017, laisse place à une double interprétation. La confirmation tarde.

En attendant, les repreneurs s’interrogent aussi. Cela vaut-il la peine d’investir dès cette saison, ne sachant toujours pas de quoi demain sera fait? Peuvent-ils y échapper? On espère que les sept derniers jours de janvier apporteront leur lot de réponses claires.

L'Avenir, 25/1/2018

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Arbitre
  • 2 Joueurs
  • 23 Supporters