Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

La reprise, seule planche de salut

22 décembre 2017 - 18:43

Les dirigeants namurois attendent un éventuel repreneur: deux pistes sont évoquées.

La réunion d’hier soir dans les installations namuroises a permis aux supporters de poser des questions importantes aux dirigeants.

Quel avenir pour l’UR Namur en 2018? Une question récurrente qui taraude les fans du matricule 156 depuis l’annonce du départ de Lucien Roméo et à laquelle les dirigeants du matricule 156 ont tenté de répondre lors de la réunion publique à laquelle ils étaient conviés. Sandro Bassani, le directeur général, Bertrand Lebrun, le président et José Huynen ont confirmé que la situation financière actuelle était très difficile et, que sans un repreneur, le vénérable club mosan pourrait bientôt vivre ses derniers moments. Avec 35 000€ de dettes fédérales, 10 000€ de frais de fonctionnement, le remboursement du compte courant de Lucien Roméo et la dette de certains fournisseurs, le «trou» avoisinerait les 200 000€.

L’ex-homme fort du club devrait fournir un bilan financier fin de semaine afin d’évaluer exactement la somme que devrait allonger un éventuel repreneur pour sauver l’UR Namur. Deux candidats, un Français et un Allemand, sont actuellement intéressés et sont venus visiter les installations début de semaine. José Huynen, à l’initiative de ces contacts, explique les démarches actuelles «Nous avons surtout mis l’accent sur notre volonté de conserver au club son identité régionale et sur l’obligation de préserver le centre de formation. Et nous sommes sur la même longueur d’ondes», constate-t-il. «Ces sociétés, connues dans le monde du sport, sont sérieuses et nos entretiens continueront la semaine prochaine» assure-t-il.

Pour leur part, Bertrand Lebrun et Sandro Bassani ont décrit les trois scénarios sportifs envisageables: l’arrivée d’un repreneur qui réglerait les conventions actuelles, la poursuite du championnat avec les «joueurs survivants» ou enfin une fin de saison prestée par une grande majorité de U 17. «Le club continue», assène Sandro Bassani, déterminé à terminer la saison sur le terrain.

Quelle que soit la future trame, celle-ci reste dépendante de la volonté de l’ex coach Pascal Bairamjan et de l’ancien joueur Jean Mathieu de réclamer ou non leur dû. Si c’est le cas, des échéances précises tomberaient alors jusqu’à une éventuelle interdiction de jouer. Le gardien, Andréa Scianguetta, un des rares joueurs présents s’inquiétait au nom du groupe des conditions dans lesquelles celui-ci devrait encore prester. Un point qui reste flou tant qu’on ne connaîtra pas la décision des candidats repreneurs, seule réelle solution viable actuellement.

L'Avenir, 22/12/2017

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Arbitre
  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters