Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

De plus en plus démobilisés

6 décembre 2017 - 17:40

Les supporters espèrent voir du monde, samedi soir aux Bas-Prés.

L’entraînement d’hier a bien eu lieu… mais avec seulement neuf joueurs. Les dirigeants tentent de gagner du temps, les joueurs s’impatientent.

Indéniablement, la lassitude et les inconnues continuent de plomber l’atmosphère à Namur. Certains tentent désespérément de raviver l’intérêt avec l’ambition d’une éventuelle reprise, aussi hypothétique soit-elle à l’heure actuelle. D’autres anticipent et se creusent pour imaginer un nouveau club si le matricule 156 venait malheureusement à disparaître. Le nom «Union Renaissance Namur» est déjà évoqué.

Éviter «une situation indéfendable»

Dans le vestiaire, on sent que le climat est pesant. Et il persiste une certaine soumission. En fait, après la défaite contre Cointe samedi dernier, les joueurs s’étaient réunis pour évoquer la fin de l’année 2017. Stop ou encore?

Dans un premier temps, la majorité des joueurs avaient clairement fait comprendre qu’ils ne se déplaceraient plus, ni pour les entraînements de cette semaine ni pour les deux matches restants (Visé à domicile ce samedi puis à Herstal le dimanche suivant).

Entre-temps, en début de semaine, plusieurs ont tenté de se renseigner à l’Union belge. Il en ressort qu’en réalité, les joueurs n’ont pas tellement intérêt à boycotter les dernières échéances namuroises bien qu’ils attendent toujours leurs défraiements d’octobre et novembre.

Tant que le club n’est pas sportivement mort (on devrait en savoir un peu plus sur le timing avec la publication de la Vie sportive aujourd’hui), ils doivent idéalement honorer leurs engagements et éviter des attitudes répréhensibles. «On prend un risque mais, si on ne se présente plus et qu’il y a finalement un repreneur qui nous permet de jouer jusqu’en fin de saison, on sera dans une position indéfendable», conscientise un joueur.

«On doit bien garder la forme et le rythme pour, en cas de besoin, retrouver un nouveau club en 2018. J’essaierai de venir jusqu’au moment où on aura des pseudo-certitudes sur la suite de la saison», souffle un coéquipier, découragé.

Les uns gagnent du temps, les autres s’impatientent

Léger regain de motivation? Peut-être dans les discours mais, dans les faits, pas tant que ça. Hier soir, Steve Pischedda a donné entraînement avec seulement neuf joueurs. «Sept joueurs de champ et deux gardiens, précise l’entraîneur. J’ai d’ailleurs participé à l’opposition pour un cinq contre cinq. Je m’attendais à plus mais j’ai reçu plusieurs messages d’annulation, justifiés ou non, en fin d’après-midi.»

Le groupe est démobilisé, c’est évident et compréhensible. «Comment pourrais-je leur en vouloir?», s’interroge l’entraîneur.

Samedi contre Visé, alors que le club organisera un souper Saint-Nicolas avec les jeunes en avant-match, comme pour rassembler les derniers survivants, Yasin El Badri, Loïc Thomas et Guido Cagnina seront suspendus. Steve Pischedda devra puiser dans le noyau U17.

Tandis que les dirigeants essaient de gagner du temps pour espérer trouver une solution, les joueurs et le staff, eux, n’ont plus qu’un souhait: que tout s’accélère pour être enfin fixés.

L'Avenir, 6/12/2017

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters