Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

Fall laisse tomber sa dette, Namur respire un peu

30 novembre 2017 - 14:54

L’espoir renaît à l’UR Namur après le geste de Fall, qui a retiré sa plainte. Mais le club n’est pas tiré d’affaire.

Nouveau rebondissement dans la saga UR Namur. Alors que le club s’apprêtait à ne plus pouvoir jouer s’il ne payait pas Moustapha Fall pour le lundi 4 décembre, l’ex-gardien a décidé de laisser tomber sa dette de 5 150€. «Je ne veux pas que le club soit dissous à cause de moi, justifie l’ancien portier des Merles. Après avoir discuté avec Bertrand Lebrun, je préfère renoncer à ce montant.» Le président a averti la Fédération qui va donc clôturer ce dossier. «Chapeau à Mouss, on ne peut que lui dire merci», commente Bertrand Lebrun. Un remerciement relayé par les supporters, Serge Henry en tête. « Respect à lui, on n’oubliera jamais son geste».

Toujours 36 000€ à payer

Mais le matricule 156 n’est pas pour autant tiré d’affaire. L’échéance redoutée par les plus fervents sympathisants de l’UR n’est que retardée. Car deux autres jugements de la commission des litiges, confirmés par le comité d’appel, obligent le club namurois à régulariser d’anciens affiliés pour conventions non respectées. Pascal Bairamjan réclame toujours 30 520€ et Jean Mathieu 6 300€. Des montants à payer avant le 1er décembre. Mais, subtilité de ces deux cas, ce n’est qu’après l’enclenchement de la procédure de mise en instance d’interdiction d’activités sportives, mesure qui n’empêche pas le club de continuer à participer aux matches de championnat, qu’une date butoir sera signifiée. En clair, si Pascal Bairamjan et Jean Mathieu n’ont rien reçu le 1er décembre, le club sera mis en instance d’interdiction d’activités sportives. Puis, dans les sept jours qui suivront cette publication dans les organes officiels, le Comité Exécutif pourra décider de placer Namur, à partir d’une date déterminée, en situation d’interdiction d’activités sportives (c’est à ce moment que les matches sont interdits) et de proposer la radiation du club au cours de la prochaine assemblée générale.

Namur a donc gagné du temps et pourra encore jouer ce samedi contre Cointe et le 9 face à Visé. Rien ne dit non plus que les joueurs ne seront pas sur le terrain, le 17/12 à Herstal, pour le dernier match avant la trêve. «C’est un premier petit sursis mais il fait du bien», ajoute Bertrand Lebrun qui commence à connaître l’article 1922 du règlement par cœur. Mais à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Et pour la petite histoire, depuis hier, le club est… mis en instance de suspension des activités sportives pour sommes dues à l’URBSFA cette fois. Ce n’est pas le premier club dans le cas. Mais avec Namur, c’est toujours plus inquiétant.

L'Avenir, 30/11/2017

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters