Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

Un 9, de la constance et un orteil ; Steve Pischedda a besoin de renfort en janvier pour s’en sortir.

7 novembre 2017 - 17:12

Le temps d’un coup de scanner sur l’équipe, on doit mettre de côté une réalité, celle qui nous rappelle que le club est toujours dans l’impasse au niveau extra-sportif.

Le bilan sportif n’est pas plus joyeux. Et, autant on pouvait se réjouir de la victoire chez le leader il y a deux semaines et du partage il y a huit jours, autant, ce matin, force est de constater que Namur est toujours scotché à une triste 15e place. «Avant de prendre nos premiers points, les semaines devenaient de plus en plus difficiles à vivre, a admis le défenseur Maxime Paquet. Stockay et Givry ont été des récompenses pour le travail fourni. On a un peu sorti la tête de l’eau avant cette nouvelle défaite.»

À Aywaille dimanche (3-0), les Merles ont affiché trop de lacunes. D’abord dans le secteur défensif, souvent trop naïf. Mais le club a peut-être remédié à une partie du problème en engageant il y a plusieurs jours, Abdoulaye Seck. L’ancien défenseur d’Anderlecht, sans club, s’entraîne déjà avec l’UR et pourra jouer à partir du 1er janvier. «Rien qu’à l’entraînement, on voit qu’il est mille fois plus fort, plus athlétique, plus malin», vante le coach Steve Pischedda qui, d’ici janvier, doit faire le gros dos avec son pauvre noyau actuel. Reste à voir si Seck saura aligner les matches et les performances dans une division qu’il devra découvrir. Le défenseur sénégalais Ndiaye et l’attaquant français N’doye sont en attente de différents papiers et leur situation semble compromise.

Ces dernières semaines, Namur a aussi vu défiler plusieurs tests. Parmi eux, un attaquant: Mory Keita (ex-Charleroi, Virton et La Louvière). Mais ce grand format (1m90) ne viendra pas. En cause, principalement, son agent et une sombre histoire d’amical qu’il a refusé de jouer la semaine dernière. «Pas besoin d’une telle mentalité, martèle Pischedda. Mais il nous faut un attaquant, c’est indispensable. On l’a encore vu ce week-end. Dès que Bükran n’est pas là – alors que c’est sa première saison en première -, je dois bricoler et aligner des joueurs en dépannage.»

Il est à souhaiter également que les «cadres» tels que Cagnina, El Badri et Thomas retrouvent performances et régularité. Et que l’orteil de Pulcinelli se consolide pour de bon car lui aussi manque cruellement à l’UR.

L'Avenir, Vincent Blouard, 7/11/2017

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters