Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

La parole aux supporters de l’UR

5 octobre 2017 - 17:16

On regrettera l’absence des kops de l’UR Namur mais dix supporters avaient tout de même répondu présent à la buvette des Bas-Prés.


Présent depuis presque trois mois à l’UR Namur, le directeur général Sandro Bassani avait convié les supporters des « Merles » ce mercredi soir pour une rencontre afin de se faire connaître et recueillir le ressenti des plus fidèles du matricule 156. On regrettera l’absence des kops de l’UR Namur mais dix supporters avaient tout de même répondu présent à la buvette des Bas-Prés. «  Je n’ai pas la prétention de dire que je vais sauver l’UR Namur », reprécise Sandro Bassani. «  Mais je veux aider le club à s’en sortir et je suis là pour vous écouter. » 

Roland Dethye, suiveur assidu des matches de l’UR depuis plus de 60 ans, est le premier à se lancer en revenant sur la période faste de l’ère Armand Khaïda. « On a évolué positivement avec lui » , se souvient le Namurois avant d’enchaîner vers l’entraîneur Steve Pischedda et sur les renforts potentiels qu’attend l’équipe première. « C’est très difficile de trouver des joueurs bons, libres et que l’on peut affilier. Pourtant, j’ai cinq managers par jour qui me téléphonent pour me proposer des joueurs. Il nous faudrait, en fait, cinq nouveaux éléments mais c’est compliqué, même si un nouveau transfert pourrait arriver (voir par ailleurs)  », réagit le T1 qui sait aussi que le cas administratif de Moustapha Ndoye prendra encore du temps. «  En tout cas, on n’a pas d’argent, il faudra donc faire avec les moyens du bord tout en ciblant la mentalité. » 

Un appel à l’aide 

Namur essaie de se reconstruire par la base, l’assistance l’a bien compris. L’école des jeunes fait partie des chantiers de la direction. Celle-ci vivote et n’a plus son aura d’antan où les joueurs se battaient pour franchir les portes de Mascaux. «  On manque d’entraîneurs de jeunes et nos moyens sont limités. Je lance un appel aux gens qui voudraient nous aider dans le coaching » , lance Bassani alors que la collaboration avec Saint-Trond n’amènera pas de joueurs et manque encore de concret. «  Mais, vous avez besoin de quoi ?  », demande un supporter.

«  Des dollars » , rigole un autre. «  On a besoin de tout : des bénévoles, des sous ou des sponsors qui sont difficiles à démarcher. On essaie aussi de créer des événements pour ramener des gens au club et de l’argent », répond le dirigeant. C’est dans ce sens que le souper des supporters de l’UR pourrait être relancé rapidement.

La soirée a aussi eu ses moments d’humour : «  Quand serons-nous champions ?  », plaisante un supporter.

Le futur du club a préoccupé également l’assemblée. « Vu qu’on sera en Provinciale l’an prochain avec la descente forcée, commencez déjà à construire la future équipe ! A Namur, on est toujours en retard pour cela », relance l’abonné.

« On veut garder une stabilité, c’est nécessaire pour faire grandir un club », rajoute Sandro Bassani . « On ne sait pas dans quelle division nous évoluerons l’an prochain. On va en tout cas tout faire pour se maintenir sportivement cette saison. »

SudPresse Namur, Jérôme Nellis (5/10/2017)

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters