Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

Les enseignements de la Coupe

1 août 2017 - 15:52

Ubaliza, impressionnant, a bien guidé Lambert, en arrière fond.

Certes, la qualification a été pénible pour l’UR Namur ce dimanche face à Pontisse (2-1). Mais si cela peut paraître inquiétant d’être dominé toute une mi-temps par une P2 liégeoise quand on est une D3, il ne faut pas oublier que les joueurs namurois ne se connaissaient pas il y a un mois. Les automatismes et le fond de jeu ne sont pas là, ce qui est tout à fait normal. Cela n’a pas empêché plusieurs éléments de se montrer à leur avantage.

Outre le gardien Quentin Deboschère qui a véritablement été le sauveur, c’est toute la défense qui est à créditer d’un bon match. À commencer par Loris Musch, arrivé de Molignée et aligné au back droit, qui n’a rien laissé passer. «  Il doit quand même apprendre à moins se compliquer la vie  », tempère le coach Steve Pischedda qui a dû aussi composer avec l’absence imprévue de Loïc Thomas pour raisons privées. C’est donc Jérôme Lambert, ex-médian de Rochefort, qui a dépanné comme défenseur central. «  Il l’a très bien fait et cela me donne désormais une solution de plus pour la suite dans un secteur pas très fourni. »

À côté du blondinet, Matthew Ubaliza a fait forte impression. «  Je lui avais demandé d’être le patron et de bien aider Jérôme. Il a été costaud dans tous les secteurs, aussi bien dans les duels qu’à la relance. »

Bajraktari back gauche

Au back gauche, Deli Bajraktari, ailier offensif de formation, plaît beaucoup à son coach. «  Il n’est pas encore totalement convaincu qu’il peut évoluer à ce poste où je n’ai personne d’autre. Pourtant, il en a toutes les capacités et cela lui permet d’avoir le jeu devant lui. Il faut savoir que dans mon système, je préconise des arrières offensifs. Et après les matches amicaux contre liège et Spy, plusieurs personnes sont venues me dire qu’il avait été impressionnant. Il doit bien sûr encore corriger quelques détails dans son jeu défensif mais cela va venir.  »

Aligné devant la défense, Guido Cagnina s’est montré accrocheur et intéressant dans ses changements d’aile. «  Mais il a craqué physiquement après 60 minutes. » Le nouveau capitaine Yasin El Badri et l’un des derniers qualifiés Dorian Kanga complétaient le triangle au milieu. Le premier cité n’a pas vraiment été à son avantage avec pas mal de mauvaises passes, surtout en deuxième mi-temps, tandis que le second semblait un peu perdu sur le terrain en numéro 10. «  Même s’il s’était déjà entraîné avec nous et qu’il avait joué à cette position contre Spy, il est là depuis peu. »

Enfin, offensivement, Matthias Galouzis va faire des dégâts sur les flancs et pourrait être un homme clef de la saison. On a moins vu Pulcinelli, même s’il a aussi trouvé le chemin des filets. Franck Ndongala, déjà surnommé Michy en référence à ses airs de Batshuayi, est clairement un attaquant rapide qui aime la profondeur mais son dernier geste a fait défaut. «  Beaucoup de joueurs ont manqué de lucidité, c’est normal vu où l’on en est dans la préparation  », défend le coach, qui a aussi donné du temps de jeu à Clément Hengen (16 ans) et à Logan Bukran (18 ans). «  Clément doit apprendre à plus s’imposer et à jouer vers l’avant. Mais je n’ai pas de problème à travailler avec les jeunes, du moment qu’ils ont une bonne mentalité. »

Pour conclure, Steve Pischedda émettait une crainte globale. «  Ce qui m’inquiète, c’est ce laxisme dans les duels alors qu’on sera en championnat dans une série avec les Luxembourgeois et les Liégeois, qui n’hésitent pas à rentrer dedans.  »

Sud Presse, La Meuse Namur, 1/8/2017, Vincent Chenot

Commentaires

Stephan Caufriez 1 août 2017 16:14

Si vous voulez des photos du match j' en ai.

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters