Matricule 156 - Union Royale Namur fans : site officiel du club de foot de NAMUR - footeo

L’argent secoue le vestiaire de l’UR et provoque des départs

6 janvier 2016 - 16:57

Daby Gueye (à g.) et Claude Mobitang n’évolueront plus à l’UR Namur en deuxième partie de saison.-ÉdA – Christophe Béka

 

Namur voudrait revoir certains «salaires» à la baisse. Entre tractations en coulisses, Gueyeet Mobitang quittent le navire. On a appris qu'il en serait de même pour Chemali.
 
Et si on préparait déjà l’avenir à l’UR Namur, sur la pelouse et en dehors? On sait le club actuellement dans le rouge financièrement et le «boss» Lucien Roméo accueillerait un repreneur à bras ouverts. Cela lui permettrait de passer un flambeau devenu fort encombrant. À tel point qu’il ne serait pas impossible de l’éteindre avant d’en rallumer un plus modeste mais plus authentique, plus fort…

Plusieurs ardoises, et autres frais, de l’équipe première jusqu’à la formation des jeunes, pèsent énormément. Contacts et entrevues existent. Mais avant de retrouver un équilibre et un climat sportif plus serein, dignes d’une ville et d’un club comme Namur, certaines décisions sont tombées.

Gueye et Mobitang: fin du contrat

Des joueurs français, Daby Gueye et Claude Mobitang, ne porteront plus la vareuse namuroise en 2016. Des éléments au ratio «prix – performance» complètement déséquilibré. «J’étais venu pour me relancer et on nous avait vanté un groupe pour jouer les premiers rôles. C’est le cas mais il y a eu d’autres soucis», explique Gueye, l’ancien Louviérois.

Mobitang regrette lui aussi le manque de transparence. «Je souhaite encore attendre de nouvelles discussions avant de me décider mais tout est flou. Évidemment que je refuse de rester si on me propose de diminuer mon salaire de 50%. La porte est ouverte à Sedan.»

Ce sont – encore, serait-on tenté d’écrire -, des soucis d’argent qui pèsent sur les performances du groupe alors que la sauce semblait prendre. Un groupe qui avait tout pour relever les défis sportifs dans une atmosphère détendue, saine et compétitive… Du moins jusqu’à ce que des retards de paiement ne le perturbent.

Qui a été payé? Qui ne l’a pas été? Gueye, dit-il, a pris les devants «J’ai trouvé un accord pour rompre mon contrat. Je ne jouerai plus à Namur et je me tiens prêt car je ne désespère pas de retrouver un club plus haut.» Selon le président Lebrun, cette décision ne serait pas celle de son défenseur mais plutôt celle d’un club qui prend le temps de lister ses priorités. Les joueurs devraient être vus prochainement, en priorité les Français.

«Je ne peux pas dormir dehors»

On aurait proposé à Chemali de rester, moyennant une diminution salariale. Il est moins fermé que ces deux compatriotes. «Je peux faire un effort financier parce que ma volonté est de jouer absolument, insiste Houssem Chemali. Il faut me laisser de quoi vivre, je ne peux pas non plus dormir dehors… J’attends une réponse rapide de la direction pour pouvoir me retourner au cas où… Mais la priorité reste Namur.»

Finalement, l’attaquant Thomas Izerghouf, dernier arrivé, semble le plus épargné. «J’ai réglé ma situation avec Salvatore Sias mais j’ignore qui évoluera encore à mes côtés le restant de la saison. J’aspire à peu de changements.» Malgré son indiscutable apport offensif, son manque de condition physique se fait parfois ressentir au sein d’un noyau namurois de plus en plus étriqué.

Quelles solutions défensives?

Les arrêts de Gueye et Mobitang réduisent au strict minimum les solutions défensives du coach Pascal Bairamjan. Dans une moindre mesure, ce sera également le cas offensivement si Chemali doit plier bagage. À plus forte raison quand on sait que Polizzi ne donne plus signe de vie depuis des semaines et que les quelques jeunes (Devroye, Tadjenant, El Badri…), rescapés d’une formation qui peine à les mener vers l’équipe A, naviguent entre études et blessures.

D’après nos informations, même si aucune arrivée n’est à l’ordre du jour, il ne serait pas impossible que le club ajuste l’équilibre de son groupe. Les autres joueurs seront vus, au grand soulagement du fidèle Xavier Toussaint. «C’est inadmissible de ne pas être tenu au courant aussi longtemps alors que sportivement, c’était l’année où jamais». Et le capitaine des Merles de conclure: «La communication n’est pas la force de Namur.»

> On a appris ce mercredi qu'Houssem Chemali ne sera pas conservé non plus.

 

 Sport - L'Avenir 06/01/2016 - Vincent BLOUARD et Jérôme NOËL

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Joueurs
  • 21 Supporters